Aller au contenu principal

Actualités et événements

Recherche: Des bactéries comme alternative aux antibiotiques pour le porc

porcs d'élevage

L’objectif de ce projet de recherche, dirigé par le professeur Daniel Grenier en collaboration avec son collègue du GREB, Michel Frenette et le professeur de l’Université de Montréal, Marcelo Gottschalk, est de développer une alternative à l’utilisation des antibiotiques en élevage porcin. En mettant en commun leurs expertises complémentaires en microbiologie, biologie moléculaire et médecine vétérinaire, les chercheurs émettent l’hypothèse selon laquelle certaines espèces bactériennes commensales qui colonisent les voies respiratoires de porcs sains sécrètent des peptides antimicrobiens, appelés bactériocines, actifs contre un ou plusieurs agents pathogènes respiratoires et systémiques. Ces bactériocines confèrent ainsi à l’animal une protection contre les infections.

Selon les chercheurs, ces substances antimicrobiennes ou leurs souches productrices pourraient être utilisées comme agents préventifs et même thérapeutiques afin de contrer les infections bactériennes chez le porc. Cette alternative permettrait de réduire l’usage d’antibiotiques et ainsi de limiter la sélection et le transfert d’antibiorésistances à d’autres bactéries pathogènes affectant l’humain et l’animal. Cette équipe de recherche est la seule en Amérique du Nord et en Europe, à s’intéresser au potentiel d’une telle stratégie pour la prévention et la thérapie des infections respiratoires et systémiques chez le porc.

Le projet de recherche novateur dans le domaine de la production porcine bénéficie d’une subvention de 162 000$, décernée par le Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies. Ces fonds assureront le fonctionnement du projet pour une période de trois ans.


Partager cette nouvelle :