Aller au contenu principal

Actualités et événements

Recherche: financement pour le professeur Semlali afin de s’attaquer au cancer buccal

Le projet de recherche, qui pourra aller de l’avant grâce au financement annoncé, s’intéresse à la compréhension au niveau moléculaire du cancer de la bouche causé par le tabagisme chez les populations autochtones du Canada. Les objectifs principaux permettront d’identifier les marqueurs génétiques propres à cette population, de développer de nouvelles méthodes de diagnostic précoce et potentiellement des thérapies ciblées et personnalisées. L’essentiel de la subvention du Réseau canadien de recherche en santé buccodentaire permettra au professeur Semlali et son équipe de constituer une banque de salive et de tissus tumoraux issue des populations Inuites, Cris et Innus du Québec.

Le cancer de la bouche enregistre une forte croissance chez les populations autochtones en raison d’une probable composante génétique combinée à des habitudes de vie. Le cancer de la bouche peut avoir des effets dévastateurs. Cependant, une détection précoce peut améliorer considérablement la qualité de vie des patients. Dans cette optique, et avec les nouvelles connaissances liées à la génomique, l’équipe de chercheurs espère identifier des biomarqueurs spécifiques au cancer de la bouche. Ainsi, les populations autochtones pourront, elles aussi, bénéficier des progrès fulgurants de la médecine «personnalisée» qui, combinée aux avancements de la bio-informatique et de l’intelligence artificielle, permet d’espérer à moyen-long terme des traitements efficaces contre le cancer de la bouche.

La subvention de 40 000$ pour deux ans sera versée au professeur Semlali et à son équipe composée des collègues Aimée Dawson, Nancy Mouradian et Mahmoud Rouhabia, des professeurs de l’Université de Saskatchewan, Silvana Papagerakis, de l’Université McGill, Belinda Nicolau et de l’Université du Manitoba, Abdelillah Soussi Gounni.


Partager cette nouvelle :